logo icone

Accouchement : Tout savoir sur la césarienne

Accouchement : Tout savoir sur la césarienne

La césarienne est une intervention chirurgicale ayant pour objectif de retirer un bébé de l’utérus de la mère. L’opération se pratique sous anesthésie loca-régionale ou générale par incision de la paroi utérine.

La césarienne, pourquoi ?

*Raisons médicales

–  Difficultés avec la mère

L’accouchement par césarienne peut être décidé pour des raisons médicales avant le travail. C’est ce qui arrive dans la majorité des cas. Le choix de pratiquer l’intervention dans ces situations peut être par exemple dû à l’étroitesse du bassin de la mère constaté après une radio ou encore à cause de certaines maladies telles que l’hypertension artérielle et l’herpès génitale. Après des grossesses multiples chez une patiente, le médecin peut, par ailleurs, prendre la décision de pratiquer une césarienne. La césarienne est dans certains cas, décidée en urgence. C’est le cas quand pendant le travail, les saignements chez la mère sont abondants.

– Un choix lié à bébé

L’état du futur nouveau-né est susceptible d’être un motif de césarienne. Un enfant trop gros ou au contraire trop chétif peut conduire les praticiens, après échographie, à prendre la décision d’opérer. Bébé peut également conduire en urgence à pratiquer une césarienne. C’est le cas lorsqu’il se présente par une autre partie du corps que la tête (siège, épaule, front…). En outre, des signes de souffrance pendant l’accouchement tels qu’un trouble du rythme cardiaque de l’enfant font partie des raisons du choix de pratiquer en urgence la césarienne.

La naissance des jumeaux constitue en outre, une importante frange des césariennes pratiquées. « J’étais enceinte de jumelles. L’échographie a révélé que l’une d’entre elles était positionnée en siège. On n’a voulu prendre aucun risque vu que c’était une première naissance. La césarienne a donc été décidée en accord avec mon médecin », témoigne Sarran Sanogo qui avait 28 ans lors de ce premier accouchement.

* La césarienne par choix

Les spécialistes vous le diront, on assiste depuis quelques années à un véritable boom de la césarienne. Peur de la douleur liée à l’accouchement, évolution de la médecine… Les femmes se tournent de plus en plus par choix vers cette option. On parle alors de césarienne par confort ou par convenance. Cependant, désirer se faire accoucher par césarienne n’est pas forcément suffisant pour aboutir à une intervention. La césarienne se décide à l’issue d’une discussion avec le gynécologue qui prend le soin de livrer à la patiente toutes les informations liées à son choix. À en croire Wilfried Lailani, gynécologue, cette décision ne doit pas être prise à la légère. « Les césariennes dites de confort sont à prendre avec beaucoup de précaution. Il faudra discuter avec la patiente pour connaître ses motivations et surtout conseiller la voie basse car la césarienne a aussi des complications telles que l’endométrite, l’infection urinaire ou encore la rupture utérine. Il faut donc en tenir compte. Et, contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, la voie basse est la technique la moins risquée », a-t-il préconisé.

Risques liés à la césarienne

La césarienne comporte des risques qui bien souvent, ne sont pas loin de ceux encourus lors d’un accouchement par voie basse. Après l’intervention, la mère n’est pas à l’abri d’une hémorragie ou d’une infection de la plaie provoquée par l’incision. Cette infection peut même conduire à une baisse de la fertilité chez la femme. L’anesthésie peut, comme pour toute intervention chirurgicale, si elle est mal pratiquée, entraîner des complications graves.

Bébé n’est pas épargné par les risques de la césarienne. En effet, l’enfant né à la suite de cette opération peut avoir des difficultés pour respirer. Car, n’ayant pas bénéficié des contractions utérines et du passage du bébé à travers le col de l’utérus et le vagin de sa maman comme lors d’un accouchement par voie basse, le nouveau-né se voit amputer de ce « massage naturel » de sa cage thoracique très utile pour prendre la première respiration de sa vie.

Avantages

Le principal avantage de la césarienne est assurément le fait d’aboutir rapidement à l’expulsion de l’enfant et de ce fait, d’éviter tous les risques liés au travail. Ces situations permettent de réduire le risque de mortalité maternelle ou infantile.

Les autres grossesses après une césarienne

C’est l’une des questions que bon nombre de femmes se posent. Après un accouchement par césarienne, comment gérer les grossesses suivantes. Sur la question, le Docteur Lailani fait des précisions. « Une césarienne réalisée va toujours être une hantise pour la prochaine grossesse car il y a risque de rupture utérine donc pour la grossesse suivante les consultations prénatales sont hyper importantes. Si cette grossesse a lieu moins de deux ans après la césarienne, on ne tentera même pas de voie basse, ce sera une autre césarienne d’emblée. Mais après deux ans, on peut tenter une voie basse mais là encore, sous certaines conditions et ces conditions sont fonction de la cause de la grossesse à l’origine de la césarienne (bassin rétréci, éclampsie/pré éclampsie, complication d’hypertension liée à la grossesse…) donc en général une césarienne en appelle une autre »explique le médecin.

Les attitudes à adopter post-opération

Comme toute intervention chirurgicale, la césarienne doit être suivie de certains comportements afin de garantir la santé de la nouvelle maman. « Après l’opération, il faut surveiller le pansement et éviter de le mouiller pour ne pas entraîner une infection locale qui peut évoluer rapidement vers une infection générale, conseille le gynécologue.  Il ne faut pas porter de lourdes charges pendant deux, trois semaines voire un mois. En ce qui concerne les femmes pour les sportives, il faut observer au moins un mois sans pratique mais cela dépend de l’organisme de la patiente », recommande le spécialiste.

Pour ce qui est de la sexualité, le praticien affirme qu’une reprise est fonction de plusieurs facteurs qui évoluent en fonction de chaque femme. « Le moment de la reprise d’une activité sexuelle varie d’une patiente à une autre. Ces facteurs sont physiques mais surtout psychologiques. Certains écrits diront après 3 semaines. Pour ma part, je dirais qu’après une césarienne, une femme peut avoir une activité sexuelle après le retour des couches, c’est-à-dire, en moyenne 6-8 semaines après l’accouchement mais certains gynécologues iront jusqu’à six mois.  Mais, ce qu’il faut noter c’est que tout repart souvent à partir du moment où la femme retrouve son envie et se sent prête », affirme-t-il.

Césariennes dans le monde et en Côte d’Ivoire

Au niveau planétaire, le taux mondial de césarienne a presque triplé en un quart de siècle, passant de 6,7 % en 1990 à 19,1 % en 2014, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui estime que le « bon » taux – celui qui permet de limiter la mortalité périnatale sans virer dans l’excès – se situe entre 10 % et 15 %.

Selon Alexandre Dumont, Obstétricien de formation et chercheur au Centre Population & Développement (Ceped, université Paris-Descartes) et à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) : « Dans les années 1990, le taux de naissance par césarienne était de l’ordre de 1 % dans la plupart des pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, rappelle-t-il. Et il est resté stable durant une décennie, avant de commencer à augmenter dans les années 2000, notamment dans les pays qui avaient développé la gratuité des soins obstétricaux. » Si l’on assiste à un accroissement du nombre de césariennes en Côte d’Ivoire, les chiffres sont, il faut le reconnaître encore bas à cause notamment, du grand nombre de naissances intervenant dans le milieu rural. En 2012, au moment où le gouvernement annonçait la gratuité de l’opération dans tout le pays, les chiffres recueillis auprès d’experts faisaient état d’un taux de 4,32 % de césarienne sur le nombre global d’accouchement enregistrés. *

Tags

Add Comment

Your email is safe with us.

Se connecter Mamafrica Santé

Pour une connexion ou une création de compte plus rapide utilisez un compte de réseau social.

ou

Les détails du compte seront confirmés par email.

Réinitialiser votre mot de passe